BC_retouch%25C3%25A9_pour_site_edited_ed

Parc et château du Bois Cornillé

Un domaine de la Belle Époque au coeur du bocage Vitréen. 

embarcad%C3%A8re_en_automne_edited.jpg

Au Bois Cornillé, la promenade est un art de vivre…

Création des architectes et des paysagistes le château et son parc ne cessent de jouer avec l'histoire et ses souvenirs. Entre les bosquets jaillissent les flèches de la demeure néogothique ; elles veillent sur le domaine : parterres, futaies, perspectives sur le bocage et sur le patrimoine rural.


On s’y promène, comme à la Belle époque, sous les ombrages. Par l’allée de mousse, le visiteur gagne l’étang muré et les allées cavalières qui plongent au cœur du bois. Au retour, il empruntera l’allée de ceinture qui mène aux charmants jardinets fleuris des pavillons d’octroi et à leurs chemins creux.


Pour l'heure, au bord de l’étang muré, sur les marches de l’embarcadère, il se prend à rêver d’ombrelles et de canotiers, de promenades en barque ou en calèche… Tout y est équilibre et poésie. Une invitation à aimer la vie. Tout simplement.

Panorama BC allée d'arrivée_edited.jpg

L’œuvre d’architectes et paysagistes réputés.

Si l’histoire des lieux remonte aux 13e et 15e siècles, c’est à la fin du 19e siècle que le domaine prend son caractère actuel.  

 

En 1883 les frères Jules et Henri Mellet remanient le château dans le style néogothique.


En 1872, Denis Bühler, créateur du Parc Oberthür et du Parc du Thabor à Rennes, dessine au Bois Cornillé un « parc agricole ». L'organisation des bosquets encadre les vues, dirige le regard et valorise le caractère pittoresque du terroir : clochers du village, fermes anciennes, chênes remarquables. Les troupeaux, passages de gibier et travaux des champs animent le paysage.


En 1900, le paysagiste Edouard André conjugue la grande tradition du jardin à la Française et l’inspiration anglaise du parc paysager pour donner corps à sa devise : l’unité de l’ensemble et la variété dans les détails. Au Bois Cornillé, c’est la lisière du bois qui fait l’unité visuelle du parc. Edouard André y installe ses parterres et magnifie les vues sur les pâtures et les tours du château. Puis il dessine au cœur du bois plusieurs scènes décoratives qui rythment la promenade et créent un effet de surprise sans rompre l’harmonie.

.

La chapelle_edited.jpg

Un intérêt historique et esthétique reconnu.

Ce travail sur la lisière, point de jonction entre la sauvagerie du bois, la civilisation rurale et l’élégance du jardin régulier, fait de ce domaine un ensemble attachant et caractéristique de l’art des jardins au 19 e siècle. Particulièrement bien conservé, le Bois Cornillé est un aboutissement des traditions paysagères française et anglaise ; il est source d’inspiration pour aménager notre paysage rural.


Parc et château sont inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.


Depuis 2014, le parc est labellisé « Jardin Remarquable » par la DRAC.